search

Accueil > VIE AU COLLEGE > Projets > Education à la vie affective et sexuelle

Education à la vie affective et sexuelle

lundi 16 novembre 2020, par Mme MARTIN

Dans le cadre du CESC et plus globalement des parcours éducatifs citoyen et de santé, les élèves de 4ème bénéficient chaque année d’une sensibilisation à la vie sexuelle et affective.

Qu’est ce que l’éducation à la sexualité et à la vie affective ?

L’ École a, dans le cadre de sa mission éducative, une responsabilité propre vis à vis de la santé des élèves et de la préparation à leur future vie d’adulte. Son action est complémentaire du rôle premier joué par les familles dans la construction individuelle et sociale des enfants et des adolescents, dans l’apprentissage du « vivre ensemble ».
L’éducation à la sexualité, composante de l’École promotrice de santé et de l’éducation du citoyen, y contribue de manière spécifique, en lien avec les enseignements. Elle est une démarche éducative qui concerne à la fois :
-  des questions de santé publique : grossesses précoces non désirées, infections sexuellement transmissibles, dont le VIH /sida ;
-  la construction des relations entre les filles et les garçons et la promotion d’une culture de l’égalité ;
-  des problématiques relatives aux violences sexuelles, à la pornographie ou encore à la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes.

Véronique Séhier, co-présidente du planning familial :
« Eduquer à la sexualité signifie parler des rapports sociaux de sexe, c’est déconstruire les stéréotypes de genre. Quand on défend la possibilité pour les hommes et les femmes de vivre une sexualité épanouie, on est bien dans la promotion de l’égalité des sexes. Il ne s’agit pas d’apprentissage au sens propre du terme mais d’éducation à la vie affective, amoureuse et à la santé sexuelle, de discussion sur les normes, les comportements ou encore les lois.
Les jeunes ont besoin d’espaces de discussions, d’accompagnement et de repères ; il ne s’agit pas de détailler des pratiques sexuelles mais d’évoquer la question du consentement, de prévention et de connaissance de soi et de l’autre, de plaisir et de désir.
Toutes les séances que les élèves auront tout au long de leur scolarité au collège doivent permettre d’ouvrir la discussion sur les rapports de pouvoir, de violence, sur la question du consentement et donc de la liberté de choisir et d’épanouissement personnel.
 »

L’éducation à la sexualité couvre trois champs de connaissances et de compétences

Le champ biologique concerne notamment l’anatomie et les connaissances sur la puberté.
Le champ physique-émotionnel couvre l’estime de soi, confiance en soi, la relation aux autres ou encore la gestion des émotions et sentiments.
Le champ juridique et social couvre en particulier l’égalité filles - garçons, les discriminations, le sexisme, le harcèlement mais aussi la liberté et la responsabilité face aux choix personnels et la notion de consentement.
L’intersection de ces trois champ permet une approche globale, positive et bienveillante.

Quels sont les objectifs de l’éducation à la sexualité ?

L’estime de soi, le respect de l’autre, l’acceptation des différences, la compréhension et le respect de la loi, la responsabilité individuelle et collective, constituent des objectifs essentiels de cette démarche éducative. Les intervenants sont attentifs à poser les limites nécessaires entre l’espace public et l’espace privé afin que le respect des consciences, du droit à l’intimité et de la vie privée de chacun soit garanti.
Elle vise à :
• apporter aux élèves des informations objectives et des connaissances scientifiques ;
• permettre une meilleure perception des risques - grossesses précoces, infections sexuellement transmissibles, sida - et favoriser des comportements de prévention ;
• informer sur les ressources d’information, d’aide et de soutien dans et à l’extérieur de l’établissement.
mais aussi à :
• faire connaître aux élèves les dimensions relationnelle, juridique, sociale et éthique de la sexualité ;
• accompagner leur réflexion sur le respect mutuel, le rapport à l’autre, l’égalité filles-garçons, les règles de vie en commun, le sens et le respect de la loi ;
• développer l’exercice de l’esprit critique, notamment par l’analyse des modèles et des rôles sociaux véhiculés par les médias.
L’éducation à la sexualité, au travers de la multiplicité des dimensions qu’elle prend en compte, participe au développement des compétences psychosociales définies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 1993. Cette notion recouvre la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne, à maintenir un état de bien-être mental, en adaptant un comportement approprié et positif, notamment dans les relations avec les autres.

Quels sont les principes éthiques de l’éducation à la sexualité ?

Les intervenants sont attentifs aux principes éthiques suivants :
• Promouvoir l’égalité ;
• Respecter les principes de laïcité et de neutralité ;
• Se référer aux lois en vigueur et aux valeurs humanistes ;
• S’inscrire dans la sphère publique, permettre aux élèves de poser les limites entre leur intimité, qui relève de l’espace privé et ce qui peut être dit, vu, entendu et exercé de la sexualité dans l’espace public ;
• Partir des préoccupations et des interrogations des jeunes et favoriser les échanges entre eux.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?